Licences Windows Server 2016 bien comprendre

Logo Windows Server 2016

Windows Server 2016 et les licences par coeur

Windows Serveur 2016 est disponible depuis quelques temps. Cependant très peu de DSI ou SSII ont bien intégré son nouveau mode de licences. Comme d’habitude le licensing chez Microsoft c’est compliqué. Cette fois ci Microsoft a choisi un mode de licence basé sur les coeurs des machines. Aussi afin de bien comprendre le fonctionnement je vous l’explique par différents exemples. En effet, cela devient particulièrement sport (et « aberrant » ?) dès que l’on utilise de la virtualisation ou un système hyper-convergé comme Nutanix.

Licence Windows Server 2016 : Cas général

Windows Serveur 2016 doit être licenciée sur une machine en fonction de son nombre de coeurs appelés Core. En premier lieu sachez que le minimum de coeurs à licencier est de 16. Ces 6 coeurs sont inclus dans la licences Windows Serveur 2016 standard. Vous avez dont au minimum 16 sous licence coeurs par machine au minimum. Par exemple une machine équipée d’un seul processeur de 8 cœurs doit posséder une licence standard de 16 cœurs… Bien entendu si on a 2 machines avec 8 cœurs il faut 2 licences 16 cœurs (une par machine). En effet, les cœurs non utilisés ne peuvent pas être transférés sur autre machine. Si par contre votre serveur est doté de 20 cœurs il faut alors une licence 16 cœurs + un complément de licence pour les 4 cœurs restants non licencié.

Windows Server 2016

Windows Serveur 2016

Licence Windows Server 2016 : Standard ou Datacenter

Pour simplifier on va considérer qu’il existe 2 types de licences Windows Server 2016, la version standard et la version datacenter.

Licence Windows Server 2016 Standard Edition

CaractéristiquesValeur
Processeur2
Nombre de coeur16
Nombre de VM2
Prix en dollar882
LogoWindows Serveur 2016 Standard

Licence Windows Server 2016 Datacenter Edition

CaractéristiquesValeur
Processeur2
Nombre de coeur16
Nombre de VM2
Prix en dollar6155
Logoboite Windows Serveur 2016 Datacenter Edition

Seuil de rentabilité des licences datacenter par rapport à la standard

Aussi pour savoir quand acheter une licence Windows Server 2016 Datacenter ou une licence Standard, il faut connaitre le seuil de rentabilité. Bien entendu la version Datacenter ne sera achetée que pour l’utiliser sur des hôtes avec un hyperviseur comme ESX, Hyper-V, Xenserver, ou dans des environnements hyper-convergés comme Nutanix. Ce seuil de rentabilité est calculé pour des machines avec 2 processeurs 8 cœurs soit 16 cœurs au total :

(6155 / 882) x 2 = 13,95 soit 14 Vms

Ainsi vous devriez choisir la version Standard si votre hyperviseur va exécuter moins de 14 machines virtuelle sinon vous devriez opter pour la version Datacenter.

Windows Serveur 2016 licence par coeur

Les licences sont vendues par pack de 2 cœurs. Les versions standard et datacenter contiennent déjà un pack de 16 cœurs. Ensuite, en fonction des caractéristiques de votre machine, vous devez ajouter les licences manquantes pour « couvrir » le nombre de cœur de la machine. Ainsi avec une machine de 8 coeurs il ne faut pas acheter 4 packs de 2 coeurs mais une version standard. En effet un hôte doit être licencié au minimum pour 16 coeurs. De plus peu importe le nombre coeur qui seront alloués pour vos VM Windows Serveur 2016. Votre serveur dispose de 16 coeurs et une seule VM Windows Server 2016 doté de 2 core s’exécute sur cet hôte, le reste étant alloué à des machines Linux, vous devez licencier votre hôte pour 16 coeurs.

Windows Serveur 2016 et la virtualisation

Le cas de la virtualisation ne dépend pas de l’hyperviseur. La première chose a retenir est que tous les nœuds (ou hôte) qui potentiellement peuvent recevoir la VM doivent être licenciés. Si un cluster à 2 nœuds alors les 2 nœuds doivent être couverts par une licence (Cœur + nombre de VM). S’il y a 5 nœuds dans votre ferme d’hyperviseurs qui peuvent héberger votre machine virtuelle alors il vous faudra 5 licences Windows 2016 Standard pour 2 VM. Pour 10 licences vous pourrez faire tourner  3 ou 4 VM maximum. Comme nous avons vu précédemment à partir d’environ 14 VMs Windows Server 2016 il est préférable d’acheter la version datacenter.

Windows 2016 limitations de la licence

Cependant les licences n’ont rien de restrictif en termes fonctionnels (je ne parle pas des différences de fonctionnalité entre la standard et la datacenter). Cela signifie que le client peut juste acheter 1 licence et cela fonctionnera. Il ne sera simplement pas en règle.

Cependant si on peut garantir que la VM ne tournera potentiellement que sur 2 nœuds sur les 5 du cluster alors on ne peut avoir que 2 licences (1 licence par nœud pour 1 ou 2 Vms). Pour 2 ou 4 VMs on ajoute 2 nouvelles licences soit 2 Windows 2016 Standard pour avoir jusqu’à 4 Vms qui peuvent basculer sur 2 nœuds. Aussi dans ce cas de figure, on peut par exemple paramétrer l’affinité dans Nutanix. C’est à dire faire en sorte que la machine basculera entre le nœud 1 et 5 qui seraient sur 2 blocks différents. Les Vms peuvent basculer entre les 2 nœuds sans soucis légal.

Windows 2016 Serveur et PRA

Dans le cadre d’un PRA (Plan de Reprise d’Activité) ou lorsque l’on a un serveur en stand-by (actif / passif), Microsoft n’autorise l’achat que d’une seule licence pour les 5 nœuds. Cependant Microsoft exige que la machine après bascule reste 90 jours minimum sur le nœud qui est devenu actif. Il ne vous sera pas possible par exemple pour un cluster Actif / Passif de basculer à chaud, puisqu’il vous faudra garder la machine 90 jours sur le nouveau nœud. Une seule licence ne permet pas de basculer la VM pour une maintenance sur un nœud, et de la remettre une fois l’opération effectuée (mise à jour de l’hyperviseur, de Bios, de Firmware….). Ce scénario peut être retenu dans le cas d’une ferme de 2 serveurs sans retour arrière avant 90 jours après bascule.

Optimisation des licences Windows Server 2016

On peut optimiser l’achat des licences Windows Server 2016 avec la version standard par rapport à la datacenter. Il nous faut cependant d’autres hypothèses de calcul. En effet, le seuil de rentabilité va dépendre de la répartition des Vms. En effet imaginons que l’on ait 16 vms sur 3 hyperviseurs et réparties de la sorte :
• 8 VM sur le node 1
• 8 VM sur le node 2
• 0 VM sur le node 3

Le node 3 est un hôte utilisé pour la tolérance de panne et la maintenance. Alors, à la place d’acquérir 3 licences datacenter pour 18445 USD pour les 3 machines physiques, on prend 4 Windows Standard sur le node 1 pour 8 Vms pour un montant de 3528 et la même chose sur le node 2. Pour basculer les Vms d’une seul machine physique vers le 3 ème il nous faut juste 4 autre licences pour 3528 USD. Le total est donc de 10584 à la place 18445. Différence : 7861 soit 8,9 donc 8 pack de 2 vms à répartir sur 3 nodes

La même chose désormais pour 4 nodes :
4 x 3528 = 14 112 pour 16 vms répartie sur 4 serveurs
4 x 6155 = 24 620.
Différences : 10 508 => 10508 / 882 = 11 -> 10 vms à répartir sur 2 nœuds.

Windows 2016 et le downgrade de licence

Il est possible de procéder à un downgrade de licence Windows Server 2016 vers une version Windows 2012 R2. Mais comment fonctionne le downgrade de licence puisque le mode de calcul est différent ? On pourrait s’attendre à utiliser l’ancien modèle de licence Windows 2012 R2. Il n’en est rien. C’est le modèle de licence par coeur qui doit être appliqué. Il vous faudra donc en cas de downgrade acheter les licences Windows Server 2016 par coeur. Vous pouvez bien sur acheter directement des licences Windows Server 2012. Le problème est qu’elles ne sont plus commercialisées. Donc même en cas de downgrade de licences Windows Server c’est le dernier mode de licensing qui s’applique. Même et surtout si celui-ci est moins avantageux pour le client.

Conclusion des licences Windows Server 2016

En conclusion, le seuil de rentabilité de la licence Datacenter augmentera en fonction :

  • du nombre de machine physique
  • du nombre du nombre de serveur physique utilisé pour la tolérance de panne.

Il faut garder à l’esprit que si toutes les VM doivent pouvoir basculer dans tous les sens il vous faudra acheter autant de licences que le nombre de VM que divise 2 (nombre de VM pour une licence standard) puis multiplié par le nombre d’hôte physique. Dans les grosses fermes de serveurs virtualisées une version datacenter par machine physique simplifiera le calcul mais coutera au final très cher… Espérons que Microsoft simplifie cela car les entreprises vont rechigner à adopter Windows Server 2016. A moins que cette politique ne force à migrer les Vm Windows Server 2016 vers Azure.

DOPIERALA Ludovik

Après avoir créé ma société C2POINTS, spécialisée dans les infrastructures Microsoft et Citrix, j’ai rejoint en 2007 le Permis Informatique en tant que Directeur Technique grand compte. En 2017 le groupe a pris une nouvelle dimension. CTO au sein du Groupe Artemys je participe à la stratégie cloud.