Datacenter Microsoft sous l'eau

microsoftEt si l’avenir des datacenters se trouvaient sous l’eau ? Microsoft a annoncé étudier la création de centre de données sous l’océan. Mais pourquoi le géant de l’informatique veut s’immerger sous la mer ? 

Datacenter sous l’eau pour diminuer les couts

Si Microsoft cherche a enfouir au fond des océans ses centres de données, c’est juste pour une question de coûts. Un datacenter héberge des dizaines voir des centaines de milliers de serveurs informatique. Ces machines sont énergivores. Elles ont besoin d’électricité pour fonctionner mais nécessite également un système de refroidissement important. La climatisation consomme également beaucoup d’énergie.

«Aller sous l’eau pourrait régler plusieurs problèmes en introduisant une nouvelle source d’énergie, en réduisant énormément les coûts de refroidissement, en réduisant la distance avec les populations connectées et en rendant l’installation des centres de données plus simple et plus rapide»

Microsoft pense qu’une des solutions se trouve donc l’eau. En utilisant la force marée motrice, Microsoft espère créer suffisamment d’énergie pour alimenter les serveurs et le système de refroidissement. De plus la température sous le niveau de la mer permet de minimiser les efforts pour refroidir correctement ses salles informatiques modernes.

Des datacenters dans des conteneurs

L’idée n’est pas nouvelle, elle même déjà breveté et opérationnelle. Par exemple en France la société Celeste a créé le star DC qui est un datacenter dans un conteneur qui peut être installé sur un parking. Le conteneur de Microsoft est en apparence presque identique au star DC à part qu’il est bien entendu entièrement hermétique. C’est un container de 17 tonnes et de presque trois mètres sur deux. Ce datacenter permet d’héberger environ 300 serveurs physiques, chaque serveur physique hébergeant lui même plusieurs dizaines ou centaines de serveurs virtuels en fonction des besoins clients. Un plongeur vérifie la bonne étanchéité du conteneur même si celui-ci est surveillé à distance grâce à des caméras et des capteurs à distance. En cas de tsunami le conteneur serait capable de continuer à fonctionner correctement selon Microsoft.

DOPIERALA Ludovik

Après avoir créé ma société C2POINTS, spécialisée dans les infrastructures Microsoft et Citrix, j’ai rejoint en 2007 le Permis Informatique en tant que Directeur Technique grand compte. En 2017 le groupe a pris une nouvelle dimension. CTO au sein du Groupe Artemys je participe à la stratégie cloud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *